Revue de presse

L’emploi, un enjeu réussi de la JCE Tarn et Garonne

Article accessible sur : http://www.ladepeche.fr/article/2015/05/21/2108999-un-premier-speed-dating-de-l-emploi-tres-positif.html

L’opération Tapas 1 Montauban, première du genre, organisée par la Jeune Chambre Economique de Tarn-et-Garonne en faveur de l’emploi a obtenu un franc succès, en rassemblant 39 personnes au Pitch. Entourée par l’ensemble de la jeune équipe de la JCE 82, la présidente Mélanie Chilié a souhaité la bienvenue à tous les acteurs de cette manifestation et les a remerciés pour leur implication dans ce projet. Créé à l’origine à Agen en 2006, ce premier speed dating montalbanais de l’emploi a réuni 17 candidats en recherche d’emploi qui ont pu s’entretenir en tête à tête avec 22 chefs d’entreprise ou représentants du monde économique de Tarn-et-Garonne. Chaque candidat disposait de 5 minutes pour convaincre son interlocuteur, avant de se déplacer vers une autre table. Dix entreprises ont répondu présentes à ce premier rendez-vous : Oxygène Intérim, Cuisines Schmidt, Sud Projet, Pole Vert, Pick and Boost, Novapage, Auchan, Quercy Médical, LR, ASCOM, ainsi que sept structures du monde économique du département : CGPME, BGE, CIBC, Service Emploi du Grand Montauban, CCI, APEC, Défense mobilité.

image

«Les candidats à l’emploi avaient été sélectionnés en amont, en fonction des profils censés intéresser les chefs d’entreprise présents à ces échanges, à savoir les métiers du commerce, informatique, développeurs, assistant de gestion, manutention et logistique. Pour les demandeurs d’emploi, cette formule est un bon training pour se présenter de manière concise et rapide. Et les retours, tant de la part des candidats que des chefs d’entreprise sont très positifs» souligne Natacha Viguié, codirectrice de la commission Action Tapas 1 Job Montauban.

En effet, cette opportunité de face à face plus informelle a permis de conjuguer intérêt professionnel et convivialité, dans une ambiance détendue, favorable aux échanges. Une bouffée d’oxygène dans cette période de ralentissement économique.

f18dQhb0S7ks8dDMPbW2n0x6l2B9gXrN7sKj6v4LXDHN64kcnPRJd1MW7d-m-22zlZNzVjcdMc1k1H6H0?si=6745643852234752&pi=9c5f637b-04eb-4b98-bfad-b9119007ff2e

JOUR J : Mon Commerce Accessible à Tous !

Article paru dans « La Voix du Nord » du 12 avril 2015 – édition Lille Métropole et sur www.lavoixdunord.fr

PAR PATRICK SEGHI

Accessibilité : de nombreux commerçants lillois jouent le surplace…

Petit test rue de Paris ce samedi où les membres de la Jeune chambre économique ont informé les commerçants de l’obligation de rendre leurs locaux accessibles aux personnes handicapées. Édifiant.

image

« Cela ne m’empêche pas de dormir. » Il suffit de passer au salon de coiffure Camille Albane de la rue de Paris pour prendre la température. L’accessibilité pour les personnes handicapées est loin, très loin d’émouvoir de nombreux commerçants lillois.

Au mieux sont-ils attentistes, au pire défaitistes. « Nous avons des clients aveugles, sourds, handicapés que nous aidons volontiers. Mais nous ne pouvons pas bouger le mobilier de notre magasin qui est beaucoup trop lourd. Nous sommes preneurs de tout ce qui peut faciliter la vie, mais si nous devons réaliser d’imposants travaux d’aménagement, alors nous fermerons notre librairie. Je ne comprends pas ces difficultés énormes pour un pourcentage aussi faible de la population (15 % au passage)… »

Gérard Valembois, cogérant de la librairie de voyages rue de Paris, ne pratique pas la langue de bois, à défaut du politiquement correct. Dans l’attente d’une éventuelle «dispense » liée à la configuration de son magasin, Benoît Lécuelle, président de la Jeune chambre économique de Lille (JCE), lui a rendu visite (lire ci-dessous) pour calmer ses angoisses. La première mesure à prendre consiste en l’achat d’une rampe d’accès. Un geste auquel le libraire entend consentir.

« Une question d’éthique »

Presque une victoire. Ce qui compte ce samedi est avant tout de favoriser la prise de conscience sur le sujet. Le 1er janvier 2016, tous les magasins devront être accessibles (certains, à l’exemple du Vieux-Lille, pourront attendre jusqu’au 1er janvier 2017). Pas vraiment une surprise puisque peu de choses ont avancé depuis la loi du 11 février 2005… Un gel dénoncé régulièrement par l’Association des paralysés de France (APF) et par de nombreuses personnes handicapées qui en ont ras le bol de voir autant de négoces traîner des pieds.

Un petit guide pédagogique

Marie, clouée dans un fauteuil, entend désormais ne faire ses courses « que dans les magasins qui jouent le jeu » et militer pour « le boycott » des autres. Pour éviter ces crispations, la Jeune chambre économique a édité un petit guide dont la vertu pédagogique doit doper les bonnes volontés. « Rendre un commerce accessible, c’est aussi le rendre plus attractif. »

Une évidence mise à mal par temps de crise et victime du cynisme ambiant. Tout n’est pas perdu pour autant. Les membres de la JCE ont recueilli des témoignages de commerçants qui ont fait le pas de l’accessibilité. Ne retenons que la déclaration de ce pharmacien du centre-ville : « C’est une question d’éthique. »

image

« Une rampe, c’est pas la fin du monde »

« Nous nous sommes rendu compte que les commerçants manquaient d’informations, étaient un peu perdus sur cette question… » Olympe Fontaine, vice-présidente de la JCE de Lille, est montée au front avec plusieurs de ses amis. Petit guide à la main, tous remontent la rue de Paris laissant dans leur sillage un flot d’informations utiles. « Mettre une rampe en place, ce n’est pas la fin du monde. » D’autant que la jeune fille annonce un coût oscillant autour des 200 euros. « Des subventions jusqu’à hauteur de 40 % peuvent être accordées pour les travaux. C’est le moment d’instruire les dossiers. Normalement, l’accessibilité des commerces entrera en vigueur au 1er janvier 2016… »

En arpentant la rue de Paris, en dissertant sur le problème d’image de quelques franchises, tous mesurent le chemin à parcourir avant de s’arrêter en extase devant les Vergers Dupré. Le commerce de primeurs, qui s’est installé depuis peu, a tout bon. La rampe et le sourire. À croire que tout ne se limite pas à une seule question de beurre.

www.developpement-durable.gouv.fr

f18dQhb0S7ks8dDMPbW2n0x6l2B9gXrN7sKj6v4LXDHN64kcnPRJd1MW7d-m-22zlZNzVjcdMc1k1H6H0?si=6745643852234752&pi=f3181107-7ee4-4996-8432-973b7e904655